PHARMACIENS TITULAIRES : OPTIMISER UN DÉPART À LA RETRAITE EN 2020

 

Contexte actuel

 

 

En 2020, bon nombre de titulaires en fin de carrière ne tardent plus à s’associer ou à céder pour prendre leur retraite.
Certains d’entre eux, impactés notamment par la crise sanitaire (Covid 19), ne serait-ce que sur le plan exploitation, souhaitent pour le coup « lever le pied » et trouver une solution de retrait plus rapide.
Bien vendre une pharmacie dans un tel contexte en 2020, que ce soit en une fois ou en plusieurs étapes, c’est s’entourer des meilleurs experts, c’est profiter en un temps record d’un panel d’acquéreurs et d’investisseurs financièrement crédibles, c’est opter pour le scenario de départ le plus lucratif sur le plan patrimonial.

 

Stratégies de départ à la retraite

Certains pharmaciens titulaires approchant de l’âge de la retraite font le choix d’exploiter quelques années de plus, en s'entourant d'une équipe plus importante pour diminuer progressivement leur temps de travail et retarder toute éventuelle baisse de revenus lié au départ à la retraite.
D’autres préfèrent céder progressivement tout en s’arrêtant de travailler à très court terme, souhaitant ainsi conserver des participations dans leurs propres officines, histoire de rentabiliser leur « épargne » en toute sécurité (ils ont une parfaite connaissance de leur outil de travail).
Il s’agit par exemple de proposer aux plus jeunes une association évolutive à forte valeur ajoutée, tenant compte de la pérennité de l’entreprise et du contexte de maillage officinal de proximité (il est de plus en plus équilibré, 32,4 officines ayant été recensées en 2018 pour 100 000 habitants).
Cette proposition, lorsqu’elle est mise en place dans de bonnes conditions, s’avère extrêmement séduisante pour les jeunes pharmaciens diplômés de plus en plus nombreux à choisir l’option « officine ».

Ainsi, alors que 27% d’entre eux s’orientaient en 2013 vers d’autres métiers que la pharmacie d’officine (selon l’Observatoire national de la démographie des professionnels de santé), la tendance s’est depuis inversée, le nombre de pharmaciens inscrits de moins de 35 ans en 2018 a progressé de près de 12% en un an, et les moins de 25 ans ont quadruplé durant la même période (source : Ordre des pharmaciens - démographie 2019).

 

Stratégies d’investissement

La majorité des primo-accédants ayant peu d’argent en poche, privilégient aujourd’hui l’association. Ils sont de ce fait contraints de se tourner vers différentes solutions de co-investissement, en quête d’un complément d’apport, d’un investisseur leur permettant de s’installer dans la plus grande sérénité sur le plan financier.
Les propositions à ce sujet vont bon train, que ce soit via des titulaires d’officine expérimentés ou des « boosters d’apport » (grossistes, groupements, etc..). Certains proposent des fonds déblocables immédiatement, moyennant par exemple des prêts in fine sur 6 à 12 ans et un accompagnement au développement du point de vente.
D’autres mettent davantage l’accent sur les possibilités de capitalisation du futur exploitant, que ce soit progressivement (à l’image de pharmaciens titulaires) ou à moyen terme.
Cependant, bon nombre de ces investisseurs potentiels réclament, en échange d’un soutien financier, une prise de participations non négligeable au sein des pharmacies concernées. D’autres s’avèrent en fait fragiles financièrement…
Dès lors, les futurs exploitants ne se focalisent plus sur un niveau de rémunération, ils s’intéressent davantage aux conditions d’association et de montée au capital, au plan de carrière proprement dit.
Finalement, les montages retenus lors d’un départ programmé sont souvent les plus pertinents, alliant équilibre entre associés investisseurs, qu’ils soient professionnels exploitants, futurs retraités, ou associés extérieurs, et retour optimum sur investissement.
Ces formules avantagent également les titulaires enclins à céder leur pharmacie en totalité, à bon prix et dans les meilleurs délais.
En développant via Co-opt des concepts modernes d’aide à la prise de décision en matière de croissance et co-développement des pharmaciens (prestations Pharm’Ressources®, Pharm’Connect® et e-Co-opt), nous générons au quotidien une véritable accélération des processus d’investissement et de croissance visant à anticiper le rachat d’officines souvent prisées, aux positionnements stratégiques.

 

En conclusion

En 2020, force est de constater que les pharmaciens d’officine en âge de prendre leur retraite sont confrontés, au sortir de cette crise pandémique, à une nouvelle génération de montage, mais également d’acquéreurs et d’investisseurs.
Au-delà des étapes d’analyse financière et d’estimation du juste prix, il est essentiel, à l’aube d’un départ à la retraite, d’appréhender les atouts capitalistiques des différentes stratégies de cooptation, que ce soit pour une cession partielle ou en totalité.

 

Jean-Olivier DEFRANCE, pharmacien, dirigeant de Co-opt®

Nous contacter